Burn-out, bore-out ou brown out

En France, près de 10 000 cas d’affections psychiques sont reconnus comme étant des accidents de travail. Parmi eux figurent les dépressions liées au travail, l’insomnie, l’anxiété et le burn-out. Plus connu des travailleurs, le burn-out fait référence à un épuisement professionnel. Il est souvent confondu avec le bore-out et le brown-out. Il s’agit pourtant de trois notions différences. Découvrez ici le pourquoi du comment !

Burn-out : l’épuisement professionnel du salarié

Le burn-out est en rapport avec l’état du salarié. Il survient quand celui-ci ressent une sensation de trop-plein de travail. Le burn-out se manifeste généralement par une incapacité partielle ou totale d’accomplir ses tâches habituelles. Les salariés atteints par cette affection psychique montrent des signes d’agitation et de troubles physiques. Dans certains cas, ils ne peuvent plus se ressourcer et se sentent vides. Quand le burn-out prend le dessus, il est important pour l’employeur de prendre certaines mesures. La meilleure solution à cet effet reste la sensibilisation des salariés sur l’importance de l’équilibre entre vie privée et professionnelle.

À noter que la législation française le burn-out comme un droit du salarié. En effet, depuis le 1er janvier 2017, les salariés disposent du droit à la déconnexion.

Bore out : la sensation de manque de travail

Le bore-out est l’opposé du burn-out. Il survient quand le salarié ressent une sous-charge de travail. Quand il est affecté à des tâches assommantes, le salarié se sent désengagé par rapport à son poste. Ce sentiment peut lui peser et entrainer un épuisement moral. Dans certains cas, il provoque même une dépression chez le salarié. Aussi, quand l’employeur sent que ses collaborateurs présentent des signes de désengagement, il est temps de prendre des mesures. L’idéal serait de les convoquer pour trouver des solutions permettant de réaménager les tâches des salariés.

Brown out : quand le salarié perd l’utilité de son travail

Un salarié est en brown-out quand il commence à perdre sens de son travail au sein de l’entreprise. Ce mal-être découle surtout de l’absurdité de certaines tâches qui lui sont confiées. Un salarié engagé en tant que comptable, mais faisant du secrétariat pourrait se retrouver en brown-out. Concrètement, l’affection est liée à une dévalorisation des compétences de l’employé dans l’entreprise. Le brown-out peut également survenir quand les valeurs du salarié ne sont pas en ligne avec ceux de l’entreprise. Encore une fois, la solution reste la communication. L’employeur devrait prendre l’initiative de convoquer ses salariés pour trouver des solutions et améliorer leur quotidien au travail.